Les z’haricots sont trop salés

Les z'aricots sont trop salés.png

Un des nombreux beaux défis qui se posent en traduisant tourne autour de l’adaptation de chansons. Pourquoi l’auteure a-t-elle choisi telle référence? C’est la ligne mélodique qui l’a interpellée, le texte lui-même, la période ou le lieu géographique auquel on peut faire un clin d’oeil en l’évoquant?

Quand l’auteure que l’on traduit baigne dans l’univers de la musique — et c’est certainement le cas d’Ami McKay, qui a fait des études en musique et en musicologie avant de se consacrer à l’écriture –, on sait très bien que rien n’est aléatoire.

Ce matin, donc, avec tout cela en tête, j’ai plongé dans des recueils de chansons folkloriques françaises en espérant trouver des pistes.

Déjà, le texte source : une petite comptine citée à la toute fin du roman, dans la section « Notes from the Willow Book » : Three blue beans in a blue bladder. Rattle, bladder, rattle.

En creusant un peu, j’ai découvert son origine : anglaise, couchée sur papier en 1595 par Thomas Dekker dans une pièce intitulée Old Fortunatus. (Pour les curieux, c’est dans l’Acte 1, à la page 310 d’un ouvrage paru en 1894 sous la direction d’Ernest Rhys chez T. Fisher Unwin, à Londres, et Charles Scribner’s Sons, New York : The Best Plays of the Old Dramatists, Thomas Dekker.)

La référence à traduire figure à l’entrée « Beans » d’un glossaire fictif rédigé par M’ame B., une sage-femme de la Louisiane qui exerce son métier dans un petit village néo-écossais au début des années 1900. M’ame B. a quitté son pays natal une trentaine d’années auparavant, emportant avec elle le savoir de ses ancêtres. Aurait-elle eu le réflexe d’évoquer une chanson cadienne? Le répertoire folklorique français aurait-il fait partie de son bagage culturel?

Voilà autant de questions que je me posais, ce matin, quand j’ai croisé « Les z’haricots sont pas salés ».  Je ne sais pas s’il s’agit d’une solution heureuse — d’ailleurs, à quelle époque remonte cette chanson? Il ne faudrait surtout pas pécher par anachronisme! –, mais je la note, au cas où, avant de replonger dans la traduction.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s